Vous êtes ici : Accueil :: 5.HISTOIRE :: AVIONS
Naviguez : Remonter d'un niveau


Cette page est directement tirée du site officiel de l'ARMEE DE L'AIR
Pour tout savoir sur l'actualité de l'armée de l'air, consultez le site officiel en allant a la page suivante dans votre navigateur
http://www.defense.dicod.defense.gouv.fr/sites/air/index.html




Cocardes :
En 1912, ordre est donné de peindre des cocardes sur les aéroplanes militaires qui, par une décision du général Roques du 29 novembre 1911, s'appellent désormais "avions".
Blériot XI :
Conçu en 1908, le Blériot XI est le premier engin plus lourd que l'air à avoir traversé la Manche. Cet appareil, assemblé à plus de 800 exemplaires, occupe une place exceptionnelle dans l'histoire de l'aviation. Il est utilisé jusqu'en 1915.

Nieuport XI :
Surnommé "Bébé Nieuport" en raison de ses petites dimensions, le Nieuport XI, rapide et maniable, inflige de lourdes pertes à l'aviation allemande lors de la bataille de Verdun en 1916.

Spad S.VII et S.XIII :
Le Spad VII vole pour la première fois en avril 1916 et connaît immédiatement un très grand succès en raison de sa robustesse et de ses performances en matière de vitesse et d'autonomie. Le Spad XIII, quant à lui, est encore plus performant. Il entre en service sur le front en mai 1917. Construit à plus de 8400 exemplaires, il reste en service dans plusieurs aviations militaires alliées jusqu'au milieu des années 20.



Potez 25 :
Un des avions français les plus célèbres de l'entre-deux-guerres en raison de sa polyvalence, le Potez 25, utilisé essentiellement pour des missions de reconnaissance, est fabriqué à plus de 3500 exemplaires. Il équipe principalement les unités déployées outre-mer (Potez 25 TOE).




Morane Saulnier MS.406 :
Premier chasseur moderne à entrer en service dans les unités de l'armée de l'air, le MS.406, qui se présente comme un monoplan à voilure basse équipé d'un train d'atterrissage escamotable, affiche en 1939 des performances intéressantes mais il reste inférieur aux Messerschmitt Bf 109. Armé d'un canon de 20 mm et de 2 mitrailleuses, le MS.406 est en service au sein de 12 groupes de chasse de l'armée de l'air au début de la guerre.

Dewoitine D.520 :
Conçu en 1936, cet appareil effectue son vol initial à la fin de l'année 1938. Avec son canon de 20 mm et ses quatre mitrailleuses, le D520, par ailleurs extrêmement maniable et rapide n'équipe, le 10 mai 1940, qu'un seul groupe de l'armée de l'air.



Vampire :
En juillet 1950, les Vampire qui équipent la 2ème escadre de chasse sont les premiers avions à réaction arrivant dans l'armée de l'air.

Ouragan :
En juillet 1953, l'Ouragan, premier avion de combat français à réaction, est opérationnel à l'escadrille "CIGOGNES", à Dijon.

Mystère IVA :
En juin 1956, les premiers Mystère IVA arrivent à Dijon. Ce sont les premiers chasseurs supersoniques français.



Mirage IIIC :
Ayant effectué son vol initial en octobre 1960, le Mirage IIIC se caractérise par une voilure delta en flèche. Ce chasseur qui peut voler à Mach 2 est sans conteste le chasseur européen le plus brillant de sa génération. Il donne lieu à de nombreuses variantes dont certaines sont exportées. De 1961 à 1988, année où il est retiré du service, l'armée de l'air prend en compte plusieurs centaines d'exemplaires de cet appareil.

Jaguar :
Conçu comme un avion d'entraînement et d'appui rapproché dans le cadre d'un programme franco-britannique,le Jaguar vole pour la première fois en septembre 1968. L'armée de l'air s'est équipée du Jaguar A, un biréacteur pouvant emporter l'arme nucléaire AN 52 ou être équipé d'une nacelle de désignation à laser compatible avec les missiles AS30 Laser.


Mirage IV :
Lorsqu'en 1954, le gouvernement français décide de créer une force de dissuasion nucléaire, Marcel Dassault prend en compte le projet d'un vecteur à long rayon d'action et, en 1959, le prototype du Mirage IV vole pour la première fois. Cet appareil, qui peut atteindre Mach 2 est commandé à raison de 50 exemplaires par l'armée de l'air. Il emporte au départ une bombe nucléaire de 60 Kt, remplacée par la suite par le missile nuclaire ASMP. Plusieurs Mirage IVA sont ensuite transformés en Mirage pour la reconnaissance stratégique à haute et basse altitude.






baniere

that' all folks ! !

Reduire le glossaire Fermer le glossaire

        .     A     B     C     D     E     G     H     I     J     L     M     N     P     S     U     V