Vous êtes ici : Accueil :: AUTEUR
Naviguez : Remonter d'un niveau

photo1.jpg photo2.jpg
YVES  GENTY

Du Collège Militaire à la Sécurité Civile
une belle carrière dans l'Armée de l'Air !

photo2.jpg photo4.jpg photo3.jpg


Bonjour et bienvenue à vous qui voulez savoir pourquoi je pense que l'Armée de l'Air c'est Super! !

Je me suis demandé s'il était opportun de raconter ma carrière, mais puisque l'objectif de cette page est de convaincre tout jeune lecteur que les armées peuvent offrir une vie exitante et palpitante que l'on est à mille lieu d'imaginer au jour de son engagement je m'y suis résolu.
C'est aussi la richesse de cette carrière qui fait que le collectionneur d'insigne attache autant d'importance à ces pièces et que chaque variante raconte une époque et donc une histoire différente.

Tout débute un beau jour de septembre 1972 (le 4 précisemment) ou ayant innocemment réussi à 14 ans le concours du Collège Militaire d'Aix en Provence je découvre cette magnifique cour carrée qui sera mon univers pour 6 ans. C'est certainement au cours de ces merveilleuses nuits passées à marcher dans cette belle terre provencale et encadré par de non moins beaux sous officiers anciens de l'Algérie et de l'Indo que me vint la certitude qu'à tout prendre il valait mieux voler que crapahuter.
Etant dijonnais j'avais passé quelques après midi sous la rampe d'approche du terrain de Longwy où avait été tournée quelques années auparavant la série "les chevaliers du ciel". Le passage des Mirage III au dessus de nos têtes m'avait rendu déjà familière l'odeur du kéro.
A Aix, dans ce nid de Saint Cyriens il fallait se battre pour afficher sa différence et sa volonté à être poussin à Salon et non biffin à Coêt.
De ce jeune temps je ne regrette rien et je dois avouer que j'y ai appris: la camaraderie,l'esprit de corps, le goût de l'effort gràce au sport et l'envie de ne pas subir.
Les maths et la physique auront cependant raison de ma volonté d'être poussin. Dès mon premier échec au concours je décide, malgré les conseils avisés de mes ancien de prendre tous les risques et d'être pilote en rentrant par la petite porte!


Janvier 79
Engagement à AULNAT comme EPVO (Elève Pilote à Vocation d'Officier) Promo 79/1. 1eres heures de vol sur CAP10 et découverte du plaisir de la voltige et du tutoiement des nuages.

Juillet 79
Cognac et le plaisir du FOUGA MAGISTER pour un an avec les premiers GCA, NAV-BA, FORMATIONS et les premières vrilles en solo dont tout le monde se souvient. Comme c'est bizarre sans moniteur, on sent vivre la machine et on est un peu plus inquiet, on trouve qu'il n'y a pas tant de pétrole que ça et le sol défile tellement vite que la carte devient moins précise. . . Mais quelle fierté au retour à l'escadron !

Aout 80
Ecole de chasse à TOURS enfin proche du but ultime : le Macaron de pilote !
Mais voilà ! mon destrier n'est pas le docile ALPHA JET tout juste arrivé mais le bon vieux T33 qui a vu la guerre de Corée et qui verra surtout mon échec de pilote de chasse. Sur 45 de la promo de départ seuls 7 camarades seront chasseurs au final et aucun ne décèdera en service aérien, preuve que la sélection est sévère mais juste.
En attendant ma réorientation sur hélicoptère j'aurai la chance de travailler à l'escale aérienne et de voler sur MS760 PARIS, MD312, MD315 (dans la bulle du nav), MH1521 BROUSSARD et un petit tour d'Alouette II !

Mars 81
Centre d'Instruction des Equipages Hélicoptères CHAMBERY.
Quel bonheur! l'hélico c'est fabuleux et que la montagne est belle. De plus ce qui ne gâte rien, les moniteurs ont moins peur de nous en vol comme au sol et n'hésitent pas à nous dire bonjour. Et pourtant les premiers stationnaires comme les autorotations ce n'est pas gagné. Certains moniteurs poussent l'humilité en nous faisant les démo en nous certifiant que même pour eux cela n'est jamais gagné et c'est vrai qu'elle se fait chahuter cette petite ALOUETTE II comme sa grande soeur l'ALOUETTE III.
C'est donc dans cette exellente ambiance de travail que la récompense suprême arrive le 14 décembre 81 : le MACARON DE PILOTE, sans aucun faste, dans la pénombre de la cérémonie des couleurs par un très frais matin de brouillard, mais avec quelle chaleur intérieure.

Janvier 82
1° affectation opérationnelle à CAZAUX à l'EH 1/67 "Pyrénées" héritier des traditions de la SAL17. Les petits jeunes que nous sommes écoutent les histoires des grands qui ont connu l'Algérie, le Tchad et surtout volent sur PUMA et ont le droit de monter l'Alerte SAR.

Juin 83
1er DETAM en Afrique au Gabon en juin avant d'intégrer l'Ecole Militaire de l'Air à SALON promotion Cne GERARD. 2e vie de promo plus dure que la précédente car déjà marié et père de famille.

Aout 1984
Retour à Cazaux au "Pyrénées" et nouveau DETAM au Gabon pour me ressourcer après cette année difficile !

Mai 1985
29 mai drame du Heysel que je ne verrai pas et pour cause : mon ALIII N°2260 JD s'est écrasée sur panne moteur dans les pins landais près de Biscarosse et il n'y a pas la télé au service réanimation de l'hopital Robert Picquet! Gràce à Dieu le miracle continue et je conserve mon aptitude, mais c'est sûr mes relations avec les monomoteurs ne seront plus jamais les mêmes.

1986
Transformation sur PUMA SA330 et enfin le droit de monter l'alerte avec en prime la récupération d'un pilote de la 8eEC éjecté en mer ce qui reste heureusement exeptionnel. Quelle revanche pour moi qui était transporté un an plus tôt dans ce même PUMA dans un sale état.
Transformation la même année sur le PUMA SAR prototype 1678 DB pour effectuer les missions SAR de nuit avec JVN (jumelles de Vision Nocturne).
Dernier DETAM en Afrique au ... Gabon que je connaitrai par coeur et où je passe Noel

1987
Mutation au Centre d'Expériences Aériennes Militaires de Mont de Marsan. Peu d'heures mais de qualité à vous de juger:
expérimentation Ecureuil-canon 5290 SL, Combat air-air sur Gazelle, 1e transfo au CEV sur AS355N FENNEC N°5361 1e Hélico avec FADEC, expérimentation caméra thermique et JVN sous ALIII pour interceptions de nuit des avions lents ou hélicos et enfin les longues expérimentations de l'AS355N FENNEC N°5386 1e livré AA et du PUMA SAR Série 1383. Plus quelques vols sur MS760 PARIS et DHC6 TWIN OTTER.

1989
Mutation sur PUMA ELINT à GOSLAR au nord de l'Allemagne à la frontière du rideau de fer pour traquer les signatures radar mais surtout commandement d'une escadrille isolée aux multiples rattachements.
4 mois après mon arrivée chute du mur de Berlin et envahissement de l'Allemagne si rigoureuse par des hordes de Trabant puantes et d'Allemands de l'est avides de consommer à l'occidentale.

1992
Retour en France au CIEH transféré depuis 85 à Toulouse pour un poste à l'instruction sol puis comme Leader Pilote. C'est encore la bonne époque avec plus de 20 machines de 5 types et le plaisir de commander 25 moniteurs qui abattent dans la bonne humeur près de 6000 heures de vol et l'obligation de gérer des dizaines de paramètres après le briefing météo pour réorganiser la journée dès le moindre grain de sable. Merci aux mécanos qui dans l'ombre ont dû souvent me maudir mais ont su assumer ce rythme d'enfer.

1994
Intermède dans la carrière aérienne pour faire ma période d'état major comme chef des promotions 1994 et 1995 de l'Ecole Militaire de l'Air à Salon. Quelle impression bizarre de se retrouver 10 ans après dans le rôle du méchant qui va tenter avec 4 brigadier d'empêcher 2x67 jeunes aspi de vivre leur jeunesse et les formater pour en faire chacun des officiers responsables. Le plus beau c'est que ça marche mais attention : l'EMA n'est pas un lapin de 6 semaines et n'est pas facile à manoeuvrer ! !

1996
Retour tant espéré à Cazaux comme second puis comme chef de cet escadron où j'ai débuté, j'ai envie de dire la boucle est bouclée mais pas tout à fait.
La révolution de la RESCO (recherche et sauvetage au combat) amorcée depuis 94 à Brindisi se fait à marche forcée. Mise en place des stages de transfo, entrainement des commandos, entrainement des chasseurs, sollicitations médias : quelle énergie et que de vols de nuit sous JVN.

1998
Prise de commandement de l'escadron et à peine les lampions de la fête éteints et le travail de nuit repris, départ préventif à Brindisi au sein des forces spéciales US en novembre dans le cadre de la montée en tension de la crise du Kosovo. Retour après 3 semaines car le placement n'est pas idéal pour couvrir le théatre.
Février 99 c'est le vrai départ pour Kumanovo en Macédoine cette fois dans la boue, le froid et dans de piêtres conditions logistiques que nos anciens d'indo n'auraient pas renié (dont les magnifiques tentes type 54 avec trous dans le toit et poêles rouillés et théoriquement interdits d'utilisation). Nous y resterons jusqu'à la fin des opérations aériennes qui ont lieu du 24 mars au 10 juin. Nous aurons tenu sans interruption l'alerte au profit des forces aériennes de la coalition et avons répondu 2 fois aux demandes d'interventions suite aux crash d'un F117 et d'un F16 qui ont malheureusement lieu en dehors de notre zone d'attribution. La French CSAR est enfin opérationnelle pour l'OTAN et l'USAF: elle à été baptisée au combat.
C'est donc avec beaucoup de fierté que je passerai une dernière fois en revue mon escadron en juillet 2000.

2000
Mutation à l'état major de l'Armée de l'Air au bureau Emploi section avions de combat (cherchez l'erreur !) et Guerre électronique, là je retrouve un ancien métier, quelques voyages à l'étranger et des devoirs très hétéroclites mais toujours intéressants.

2002
Retour à mes amours au bureau Emploi avions hélicoptères du CFAP où le sport consiste à gérer la crise permanente tout cela dans une exellente ambiance ou le plaisir est d'être reconnu comme un expert respecté par ses chefs et ayant leur confiance. C'est l'esprit TAM ou avions et hélicos travaillent côte à côte en permanence car le soleil ne se couche jamais sur la flotte du CFAP.

2003
C'est ma dernière occasion de partir outre mer car pour un hélicoptériste il est singulier que je n'y aie pas été affecté. Ce sera donc Tahiti comme Adjoint Force et Commandant en second de la BA190. Cela n'est plus la grande époque des essais nucléaires mais cela ne manque pas de piquant dans un POM (Pays d'Outre Mer) en butte aux soubressauts indépendantistes. C'est en tout cas une superbe fin de carrière d'où je repartirai avec des images plein la tête.

2005
Retour en métropole dans un placard doré (il faut dire que j'ai refusé un poste à Paris !)
Ce sera comme conseiller Air auprès du général commandant l'état major de force N°1 à Besançon. Là je peux dire que la boucle est vraiment bouclée car j'ai commencé 35 ans plus tôt dans une caserne de l'armée de terre et c'est là que s'achève ma carrière. J'y retrouverai de nombreux camarades du collège militaire qu'ils soient lieutenant colonels,colonels ou généraux tous sont animés du même état d'esprit. Nous sommes fiers du chemin accompli au service des armes de la France et nous ne regrettons rien de cette vie trépidante.
Ayant choisi de quitter l'institution militaire pour rejoindre la Sécurité Civile j'aurai droit comme mes camarades de l'Armée de Terre à une cérémonie d'adieu aux armes simple mais poignante pour moi. Qu'en soit ici remercié le GDI Sommaire de m'avoir fait cet honneur début avril 2007 après 28 ans de service (plus 6 au collège miltaire) 16 mutations et plus de 3000 heures de vol sur 8 type d'hélicos et 11 types d'avions.

Voilà pourquoi je n'ai pu résister au plaisir de vous raconter ce qui se cache derrière la phrase de quelqu'un qui vous dit de manière annodine qu'il a eu une carrière militaire. Parceque ceci peut cacher une vie pleine, exaltante qui est tout sauf monotone, et je ne voulais pas m'en cacher car j'en suis fier !



La Sécurité civile à ma naissance

helico securite civile helico securite civile

Glossaire
Reduire le glossaire Fermer le glossaire

        .     A     B     C     D     E     G     H     I     J     L     M     N     P     S     U     V